La SCELF, Société Civile des Editeurs de Langue Française.

Société Civile des Editeurs de Langue Française

CONNEXION       FAQ


Titre :

Elle, Edmonde

Auteur:

LIAUT Jean-Nöel

Editeur:

Allary

Lieu:

Marseille, Rome et Paris

Durée :

Une vie

Elle, c’est Edmonde Charles-Roux. Résistante, écrivain à succès, croqueuse d’hommes, croisée socialiste, mère abbesse du couvent Vogue, présidente de l’Académie Goncourt, égérie d’un groupe de rap, the Edmond’s…. Héroïne aux mille vies, ardente et passionnée, romanesque en diable.

Née en 1920, fille d’un ambassadeur au Vatican, issu d’une longue lignée d’armateurs marseillais, Edmonde Charles-Roux est élevée dans des palais italiens, au milieu des artistes, des princes et des papes. Son père, François, est un intime de du cardinal Pacelli, futur Pie XII ; sa sœur ainée, Cyprienne, l’épouse du prince Marcello Del Drago, un proche de Mussolini. Elle aussi semble promise à une vie rangée. Mais à 19 ans, lassée de cette existence dorée, elle quitte l’Italie pour rejoindre Marseille. En 1940, elle s’engage comme ambulancière pour accompagner au front une unité de la Légion, avant de rejoindre la Résistance. Plusieurs fois blessée, elle est décorée de la Croix de guerre. A la Libération, elle devient journaliste à Elle, puis à Vogue. Nommée rédactrice en chef du magazine en 1954, elle révolutionne la presse féminine en ouvrant ses pages à toutes les avant-gardes de l’époque. André Malraux, Violette Leduc, Jean Genet, Françoise Sagan, Simone de Beauvoir pigent pour elle. Entourée d’une génération de jeunes photographes, de William Klein à Richard Avedon, en passant par Guy Bourdin et David Baylet, elle accompagne la mutation de la mode au cours des années 1950 et 1960 initié par son ami et protégé, Yves Saint Laurent. Renvoyée de Vogue en 1966 pour avoir envisagé de faire poser en couverture un mannequin noire, elle remporte la même année le prix Goncourt pour son premier roman, Oublier Palerme. Grande bourgeoise aimantée par les marginaux, c’est aussi une féministe qui ne craint pas les diables macho. Parmi ses amants, le cinéaste Orson Welles, le peintre André Derain, le colonel Kadhafi ou encore le général marocain Mohamed Oukfir. En 1973, elle épouse Gaston Defferre. Avec le flamboyant ministre de Mitterrand, elle forme un couple légendaire qui navigue entre les ors de la République et les truands du Vieux-Port, les bals du gotha et la fête de l’Huma. Rebelle, courageuse, pétrie de désirs, de talents et de contradictions, celle qui présidera pendant 20 ans l’Académie Goncourt, avant de s’éteindre à l’âge de 95 ans, laisse derrière elle le souvenir d’une femme libre.

Références cinématographiques :

"Sagan" de Diane Kurys, "Violette" de Martin Provost

Raison du coup de cœur :

Première biographie sur Edmonde Charles-Roux depuis sa disparition en 2016. Une vie digne d’un roman d’aventures où l’on croise toutes les grandes figures artistiques, littéraires et politiques de l’époque.